Identifiant Mot de passe Inscription | Mot de passe oublié
Mutilations sexuelles : qui fait quoi ?

Mutilations sexuelles : qui fait quoi ?

Les mutilations sexuelles féminines, ou excision, restent une tradition dans certaines ethnies, pas seulement africaines. De nombreux textes de loi ont été rédigés pour faire disparaître ces pratiques, à l’étranger comme en France. Ainsi, tout ...

La seconde peau : une innovation technologique exceptionnelle avec la perspective d’applications cosmétiques et thérapeutiques

La seconde peau : une innovation technologique exceptionnelle avec la perspective d’applications cosmétiques et thérapeutiques

L’article de l’équipe du MIT (Massachusetts Institute of Technology) de Boston, en ligne depuis le 9 mai, a fait cette semaine le buzz dans les médias, toujours à l’affût d’innovations sensationnelles. [...]

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Ptôse du visage : analyse critique des solutions proposées

Ptôse du visage : analyse critique des solutions proposées

La plupart des solutions thérapeutiques sont exposées et critiquées quant à leur intérêt pour traiter la ptôse des tissus du visage. Les techniques de comblement avec les acides hyaluroniques ou les inducteurs tissulaires permettent une amélioration des ptôses légères à modérées en créant un “effet lifting” ou en reconstituant l’ovale. Cependant, les quantités injectées deviennent importantes lorsque la ptôse est plus prononcée avec un risque de déformation et d’élargissement du bas du visage.
L’utilisation de la toxine a surtout un rôle préventif en inhibant temporairement le fonctionnement des muscles qui aggravent la ptôse. La durée de la correction par les fils tenseurs reste à préciser. Les techniques de lifting chirurgical, souvent associées à un comblement par acide hyaluronique ou par lipofilling, sont les seules à pouvoir améliorer les ptôses sévères, mais avec une durée d’immobilisation sociale et des suites opératoires redoutées par les patients. Il faut malgré tout savoir les encourager pour éviter les résultats inesthétiques dus à l’injection de trop grandes quantités de produit de comblement.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Volumétrie du tiers moyen du visage avec l’acide hyaluronique Du “plus” en restant soft

Volumétrie du tiers moyen du visage avec l’acide hyaluronique Du “plus” en restant soft

Ces dernières années, la conceptualisation volumétrique de la face a orienté de façon considérable la prise en charge esthétique du vieillissement facial. Le développement récent d’acides hyaluroniques (AH) volumateurs permet de répondre à cette demande, avec une approche beaucoup plus globale et harmonieuse qu’en se limitant à la correction des rides seules. Le tiers moyen de la face, situé entre le regard et le sourire, est la zone la plus mobile et la plus expressive du visage. Avec le temps, il subit des modifications anatomiques et fonctionnelles précoces, responsables de l’apparition progressive d’expressions faciales négatives. L’harmonisation des volumes du tiers moyen de la face permet de modifier ces expressions avec un effet naturel et non figé.
Si le propos de cet article est aujourd’hui le tiers moyen de la face, il est évident que le praticien doit prendre en compte les tiers supérieur et inférieur qui sont intrinsèquement liés à l’harmonisation faciale.
Les AH paraissent être un gold standard dans cette prise en charge volumétrique. La connaissance précise de l’anatomie fonctionnelle et des modifications induites par l’âge va permettre un usage pondéré et subtil des AH pour optimiser le résultat selon l’âge du sujet en évitant les excès. Plus que les volumes eux-mêmes, l’enjeu de la correction esthétique est l’harmonie de ces volumes, à la fois statique et dynamique.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
L’esthétique de la génération Millenium

L’esthétique de la génération Millenium

Pourquoi s’intéresser à la génération Millenium ? Depuis quelques temps, on assiste à une recrudescence importante de la demande esthétique chez des patients de plus en plus jeunes.
Cette nouvelle génération consulte très tôt pour la correction d’imperfections cutanées, pour une optimisation esthétique de défauts morphologiques, mais aussi pour une véritable stratégie anti-âge. Cela permet d’avoir une vraie réflexion sur les possibilités thérapeutiques et préventives en fonction de l’âge.
Cette génération “connectée” est importante à considérer de par son nombre, mais aussi parce qu’elle représente notre future patientèle et que nous devons nous adapter.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Mélasma : une nouvelle voie thérapeutique vasculaire ?

Mélasma : une nouvelle voie thérapeutique vasculaire ?

Le mélasma est sans doute la lésion pigmentaire pour laquelle nous rencontrons la plus forte demande de correction. Considérée encore aujourd’hui comme une pathologie difficilement contrôlable, une multitude de propositions de traitement égrènent depuis longtemps les revues scientifiques sans que se dégage pour autant une solution conduisant [...]

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Quoi de neuf en onco-dermatologie ?

Quoi de neuf en onco-dermatologie ?

Depuis 5 ans, un grand enthousiasme est né au sein de la communauté onco-dermatologique, proportionnel au nombre de publications parues sur le mélanome, et renforcé par la place croissante occupée par l’immunothérapie dans les congrès majeurs d’oncologie. Ainsi, 7 agents ont obtenu une AMM dans le mélanome métastatique depuis 2011…

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Tests génétiques et cancer : qui, quand, comment ?

Tests génétiques et cancer : qui, quand, comment ?

La place des tests génétiques s’accroît d’année en année dans tous les domaines. Beaucoup de ces analyses ont quitté le monde de la recherche pour intégrer la pratique courante. La cancérologie, notamment gynécologique, en est un exemple frappant.
Les deux prédispositions principales, contribuant à l’augmentation des risques de cancer gynécolo-gique, sont les mutations de BRCA1 ou BRCA2 (qui augmentent le risque de cancer du sein et de l’ovaire) et le syndrome de Lynch, associant principalement un risque de cancer de l’endomètre, de l’ovaire et du côlon. Dans de plus rares cas, d’autres gènes peuvent être impliqués (TP53…).
Il est important de bien identifier les patientes concernées, dans la mesure où la mise en évidence d’une prédisposition a des conséquences majeures sur la prise en charge familiale, mais désormais également sur certains traitements.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Quoi de neuf en laser ?

Quoi de neuf en laser ?

Cette année 2015 a réellement été riche en nouveautés dans le domaine dermatologique, qu’il s’agisse de pathologies a priori de niches (en fait souvent très sous-estimées en termes d’incidence) comme l’hyperhidrose axillaire – qui pourra dorénavant bénéficier d’un traitement durable, voire définitif, par micro-ondes courtes…

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Étude rétrospective à propos de 248 cas de reconstruction mammaire après mastectomie pour carcinomes canalaires in situ

Étude rétrospective à propos de 248 cas de reconstruction mammaire après mastectomie pour carcinomes canalaires in situ

La reconstruction mammaire immédiate (RMI) au cours d’une mastectomie a apporté la preuve d’une amélioration du bien-être physique et psychologique des patientes lors de la période postopératoire.
L’objectif de cette étude était d’étudier les facteurs quantitatifs susceptibles d’expliquer le taux actuel de RMI (40 à 50 % des mastectomies pour carcinomes canalaires in situ), afin d’en élargir les indications.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Tumeurs labiales inférieures : principes de reconstruction après exérèse

Tumeurs labiales inférieures : principes de reconstruction après exérèse

Le traitement chirurgical des tumeurs malignes de la lèvre inférieure repose sur les principes de conservation de la fonction et du remplacement de la lèvre par la lèvre. Après réalisation d’un bilan clinique et paraclinique d’extension et de recherche de cancers synchrones, la reconstruction est fonction de la taille et de la localisation de la perte de substance prévisible. Nous avons tenté de résumer dans cet article les principaux lambeaux et techniques disponibles en fonction de la taille et de la localisation de la perte de substance labiale. Dans tous les cas, l’impératif carcinologique doit prévaloir.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Déviation de la cloison nasale : quand doit-on opérer ?

Déviation de la cloison nasale : quand doit-on opérer ?

La déviation de la cloison chez l’enfant est une pathologie fréquente. Non prise en charge, elle peut avoir tendance à s’aggraver jusqu’à modifier la croissance faciale. L’obstruction nasale chronique qu’elle génère est également responsable de pathologies associées, otitiques et malformatives. Il est important d’en faire le diagnostic clinique en s’aidant d’éléments objectifs comme la rhinomanomé-trie et l’imagerie.
La chirurgie septale de l’enfant a toujours été discutée en raison des risques pris sur la croissance faciale ; néanmoins, elle reste primordiale devant les enjeux cités plus hauts. Pour être le moins inva-sif possible, elle doit être réglée en “temps” par rapport aux périodes de croissance (à partir de 6-7 ans) mais aussi dans “l’espace”, avec des corrections minutieuses et des balises anatomiques à con-naître, une des plus importantes étant le respect du fourreau mucopérichondral.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Traitement chirurgical de l’hypertrophie des cornets : quelles techniques, quelles indications et à quel âge ?

Traitement chirurgical de l’hypertrophie des cornets : quelles techniques, quelles indications et à quel âge ?

Les fosses nasales ne sont pas des conduits inertes, mais ont de nombreux rôles physiologiques. Les cornets inférieurs jouent un rôle capital.
Les étiologies d’obstruction nasale liée aux cornets inférieurs varient en fonction de l’âge, et leur symptomatologie est très variable : d’une simple gêne chez l’adolescent à une obstruction engageant le pronostic vital chez le nouveau-né.
Une indication de turbinoplastie inférieure ne peut être posée qu’après l’échec d’un traitement mé-dical adapté, bien conduit, et après un bilan morphologique par scanner.
Les rhinites allergiques chez le grand enfant et l’adolescent, et la rhinite néonatale obstructive chez le tout-petit, sont les deux principales indications.

Lire la suiteCommentaire { 0 }
Page 1 sur 131234510Dernière page »